Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Nouvelle interface
Article dans une revue

Gymnase et nudité à Rome

Résumé : Le « gymnase » des Romains, équipement thermal voué aux loisirs, n’est pas une copie, mais une réinterprétation complète du gymnasion hellénique. La nudité gymnique disqualifie l’éphébie aux yeux des Romains, parce qu’elle impose l’évidence du désir érotique et le risque de l’attentat sexuel au corps du citoyen (stuprum), tout en contrevenant à la norme romaine de pudeur (uerecundia). La propagation des équipements et de la pratique de la nudité balnéaires reflète la diffusion de pratiques de distinction, confort et loisirs privés, qui sont caractéristiques de l’urbanitas. C’est pourquoi, bien que ses formes soient spécifiquement romaines, la nudité balnéaire continue d’être désignée comme un usage grec, forme à la fois supérieure et corrompue de civilisation, qui ne saurait trouver de place légitime au sein de la culture romaine que dans le cadre de l’otium.
Liste complète des métadonnées

https://shs.hal.science/halshs-02086063
Contributeur : Agnès Tapin Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : lundi 1 avril 2019 - 10:11:37
Dernière modification le : jeudi 23 juin 2022 - 13:35:33

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Pierre Cordier. Gymnase et nudité à Rome. Mètis - Anthropologie des mondes grecs anciens, 2005, Dossier : Et si les Romains avaient inventé la Grèce?, N.S.3, pp.253-270. ⟨10.4000/books.editionsehess.2157⟩. ⟨halshs-02086063⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

82