Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Nouvelle interface
Article dans une revue

Les vies de Schliemann : l’autobiographie comme lieu de savoir

Résumé : La légende d’Heinrich Schliemann (1822-1890), l’archéologue autodidacte qui a excavé les sites des anciennes villes de Troie et Mycènes, repose sur le récit qu’il fit de sa carrière et de la naissance de sa vocation scientifique dans son autobiographie. L’analyse des quatre versions qu’il rédigea à différents moments de sa carrière montre une instrumentalisation du récit de vie, dont l’objectif semble être de se faire un nom dans le monde savant et de diffuser l’image du « self-made man homme de science » auprès du grand public. Notre analyse s’émancipe du débat autour de la véridicité de l’autobiographie de Schliemann, afin de mettre en évidence les enjeux narratifs de ce récit, ainsi que les perspectives qu’ils ouvrent à la réflexion sur l’histoire des sciences. Nous tenterons de saisir le fonctionnement de l’autobiographique entre l’espace public et l’archéologie, une discipline qui reste, à l’époque de Schliemann, en cours de définition et de professionnalisation.
Liste complète des métadonnées

https://shs.hal.science/halshs-02100178
Contributeur : Agnès Tapin Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : lundi 15 avril 2019 - 16:02:34
Dernière modification le : jeudi 23 juin 2022 - 13:35:24

Identifiants

Collections

Citation

Annick Louis. Les vies de Schliemann : l’autobiographie comme lieu de savoir. Mètis - Anthropologie des mondes grecs anciens, 2014, N.S.12, pp.201-223. ⟨10.4000/books.editionsehess.3197⟩. ⟨halshs-02100178⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

58