Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Nouvelle interface
Article dans une revue

Pleurer comme un homme à la fin de la République romaine, ou comment construire l’autorité par les larmes

Résumé : De nombreuses sources sur la fin de la République montrent que les hommes pleuraient fréquemment et qu’il s’agissait d’une pratique encadrée. Les larmes des hommes étaient le plus souvent de larmes de supplication, c’est-à-dire un geste de dégradation volontaire, servant à construire l’autorité de celui à qui elles étaient adressées et qui ne pleurait jamais. Mais nos sources nous ont également transmis quelques cas de magistrats pleurant afin de rétablir leur autorité sur des citoyens qui devaient en principe leur obéir. Le magistrat pleurait dans un contexte militaire, afin de persuader les soldats soit de s’engager dans une sédition, soit d’y renoncer. De plus, les larmes s’intégraient à un discours, conçu comme une performance. Elles venaient accroître l’efficacité de la partie verbalisée du discours, afin d’opérer un retournement de l’opinion des soldats. Les larmes contribuaient ainsi à restaurer l’autorité du magistrat, en démontrant sa capacité à user un type de langage perçu ordinairement comme incompatible avec l’exercice d’une autorité.
Liste complète des métadonnées

https://shs.hal.science/halshs-02100288
Contributeur : Agnès Tapin Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : lundi 15 avril 2019 - 16:55:59
Dernière modification le : mercredi 28 septembre 2022 - 16:20:11

Identifiants

Citation

Philippe Akar. Pleurer comme un homme à la fin de la République romaine, ou comment construire l’autorité par les larmes. Mètis - Anthropologie des mondes grecs anciens, 2014, N.S.12, pp.325-352. ⟨10.4000/books.editionsehess.3264⟩. ⟨halshs-02100288⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

51