La Gay Pride entre subversion et banalisation

Résumé : Depuis l'émeute de Stonewall en 1969, la Gay Pride s'est banalisée jusqu'à faire partie intégrante du calendrier festif annuel des métropoles nord-américaines ou européennes. De manifestation confidentielle faisant figure de coming out collectif mettant en cause la domination hétérosexuelle et le statut de minoritaire dans lequel elle enferme les gays, les lesbiennes, les trans ou les bisexuel(le)s, elle est devenue une fête urbaine qui draine des participants tant hétérosexuels qu'homosexuels aux profils et aux motivations très différentes. En France, la marche s'est progressivement institutionnalisée, modifiant profondément le sens et la forme de l'événement. Après s'être arrêté sur les origines de la Gay Pride et la façon dont elle s'est diffusée, cet article s'attachera à décrire les formes de reconnaissance et d'appropriation qu'elle permet, mettant ainsi en évidence la porosité des oppositions qui la structurent notamment en termes de visibilité et d'invisibilité.
Type de document :
Article dans une revue
Espace Populations Sociétés, Centre National de la Recherche Scientifique, 2009, pp.305-318
Liste complète des métadonnées

https://hal-paris1.archives-ouvertes.fr/hal-00472624
Contributeur : Marianne Blidon <>
Soumis le : lundi 12 avril 2010 - 17:33:27
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 06:21:42

Identifiants

  • HAL Id : hal-00472624, version 1

Collections

Citation

Marianne Blidon. La Gay Pride entre subversion et banalisation. Espace Populations Sociétés, Centre National de la Recherche Scientifique, 2009, pp.305-318. 〈hal-00472624〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

257