Prendre la partie pour le tout. Quartier et identité gays, une évidence trompeuse

Résumé : Quartier historique au patrimoine architectural exceptionnel, le Marais est un territoire où se juxtaposent et cohabitent des groupes, d'usagers et de résidents, identifiés de façon très marqués (Juifs, Chinois, gays). L'implantation de ces groupes, plus ou moins visibles, a précédé ou accompagné, la gentrification du quartier. Ensemble, ils forment un territoire complexe au contenu multiple et à l'identitaire fragmentaire, d'autant plus qu'ils sont présents dans quelques rues emblématiques (rue des Rosiers, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie, rue du Temple) et de façon plus diffuse dans l'ensemble du quartier. Cependant, cette diversité est ignorée des discours médiatiques et politiques qui tendent à façonner le Marais en un espace imaginaire clos, le ghetto, transcription spatiale d'une communauté fantasmée. Ainsi dans les représentations, le « Marais gay » a succédé au « Marais juif ». Pensé en terme de territoire d'une communauté et non d'une minorité, ce quartier de spécialisation commerciale qui était à l'origine un espace de rencontre et de liberté dans une société aux normes hétérosexuelles, a perdu sa raison d'être au profit d'une caricature. Cette assignation extérieure négative s'est doublée d'une identification négative de la part des gays eux-mêmes. Plusieurs facteurs en sont à l'origine : la valorisation sociale du couple gay par rapport à la liberté sexuelle offerte par les lieux de consommation sexuelle (sex-clubs, saunas, bars à backroom), le clivage générationnel fort entre les habitués et la jeune génération, la perte d'une image branchée du fait d'une fréquentation plus touristique et familiale, la dynamique exclusivement commerciale à l'origine de ce territoire que contestent de nombreux militants qui en dénoncent le caractère excluant, les normes esthétiques de mise en scène de soi dans cet espace, elles aussi facteur d'exclusion. De quartier emblématique d'une libération, le Marais gay est devenu une vitrine commerciale pour les touristes, les provinciaux ou les jeunes gays en quête de repères pour assumer leur homosexualité, au même titre que le quartier Castro de San Francisco.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Filippova E., Guérin-Pace F. Ces lieux qui nous habitent, Editions de l'Aube, pp.255-274, 2008
Liste complète des métadonnées

https://hal-paris1.archives-ouvertes.fr/hal-00472641
Contributeur : Marianne Blidon <>
Soumis le : lundi 12 avril 2010 - 18:07:18
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 06:21:42

Identifiants

  • HAL Id : hal-00472641, version 1

Collections

Citation

Marianne Blidon. Prendre la partie pour le tout. Quartier et identité gays, une évidence trompeuse. Filippova E., Guérin-Pace F. Ces lieux qui nous habitent, Editions de l'Aube, pp.255-274, 2008. 〈hal-00472641〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

305