La géographie est-elle queer ? Quand la question des identités sexuées et sexuelles ouvre de nouvelles perspectives...

Résumé : Cette communication propose d'ouvrir la géographie à un nouveau champ d'étude et de s'inspirer des apports critiques que celui-ci à générer tant du point de vue conceptuel que méthodologique. Et si on parlait de sexe en géographie... L'adage populaire affirme que ce qui fait marcher le monde, c'est l'argent, le pouvoir et... le sexe ! Si les deux premiers sont évidents pour le géographe, la géographie économique et la géopolitique ayant de longue date acquis leurs lettres de noblesse et leur droit de citer, le troisième est un peu négligé ... C'est un euphémisme car on ne peut pas dire que la démographie traite la question de front ! Pendant longtemps, il a semblé évident que les questions de genre et de sexualité ne se posaient pas et que le géographe n'avait rien à dire à ce propos. Le premier sujet concernait les féministes et, à l'heure de la parité, il n'était plus d'actualité. Le second sujet concernait l'intimité, la privacy pour reprendre un terme anglo-saxon. Il ne devait donc pas en sortir. Façon prudente de ne pas s'aventurer sur des terres inconnues, dont le contenu, pensait-on, pouvait choquer la pudeur ou le politiquement correct, et gratifier son auteur au mieux d'une réputation sulfureuse au pire le stigmatiser et le marginaliser. Le géographe est parfois une vierge effarouchée... Cependant à l'heure où les politiques s'interrogent en terme de répression ou de libéralisation sur les questions de genre, sur le droit des minorités sexuelles ou la prostitution, n'avons-nous rien à dire ? Avons-nous à ce point abdiqué devant les psychanalystes et les sociologues au point de les laisser seuls experts des pratiques spatiales genrées, amoureuses ou érotiques ? La sexualité est-elle a-spatiale ? La rencontre ou les pratiques ne dessinent-elles pas des lieux, des territoires, des mobilités, des réseaux, des représentations, bref toute une géographie ? Repenser les identités Le genre est une notion aussi féconde qu'ambiguë qui permet d'interroger ensemble sexes et sexualité alors que leur réunion est trop souvent perçue comme aporétique (Mathieu N.-C., 1991 ; Wittig M., 1992 ; Delphy C., 2001). C'est sur cette base qu'il faut comprendre le développement des théories queer. Le terme queer n'est ni un gros mot ni une émission de TF1. C'est un terme très sérieux qui recouvre un champs d'études, initié par deux ouvrages fondateurs : Epistemology of the Closet (Kososfsky Sedgwick E., 1990) et Gender Trouble (Butler J., 1990) qui invitent à repenser les identités sexuelles et les normes de genre. Il remet en cause tout binarisme masculin/féminin et tout essentialisme. Les queer studies offrent donc un foisonnement d'interrogations qui mettent en relief un certain nombre d'enjeux autour du genre, de la sexualité mais aussi de la classe, de la race ou de la nationalité. En quoi cette fécondité théorique, qui critique les régimes de normalité et toute vision figée des identités, peut-elle intéresser le géographe et la géographie ? Il ne s'agit pas ici de faire de l'importation sauvage de concepts ou de ressasser quelques énoncés schématiques, dogmatiques et jargonneux. D'autant plus que les théories queer ont largement perdu de leur vigueur aux Etats-Unis en s'institutionnalisant et que les dérives constatées font l'objet d'une critique sévère. Mais, alors que la question des identités est posée depuis plusieurs années en géographie, que les questions de genre et des identités sexuelles commencent à se structurer, et que nous nous interrogeons sur nos méthodes et nos concepts, il serait bon de repenser nos pratiques et notre vision du monde.
Type de document :
Communication dans un congrès
Groupe Dupont. Demain la géographie ? Permanences, dynamiques, mutations : Pourquoi ? Comment ?, 2006, Avignon, France. pp.49-52, 2008
Liste complète des métadonnées

https://hal-paris1.archives-ouvertes.fr/hal-00472655
Contributeur : Marianne Blidon <>
Soumis le : lundi 12 avril 2010 - 18:53:20
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 06:21:42

Identifiants

  • HAL Id : hal-00472655, version 1

Collections

Citation

Marianne Blidon. La géographie est-elle queer ? Quand la question des identités sexuées et sexuelles ouvre de nouvelles perspectives.... Groupe Dupont. Demain la géographie ? Permanences, dynamiques, mutations : Pourquoi ? Comment ?, 2006, Avignon, France. pp.49-52, 2008. 〈hal-00472655〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

290