« Contre les acteurs, tout contre ». Négocier son terrain en observation et tirer parti de l’impératif de valorisation.

Résumé : Cette proposition est fondée sur deux expériences de thèses en entreprise. Ces deux situations de recherche ont reposé sur un contrat explicite censé encadrer les relations entre le chercheur et l’entreprise. Pourtant, ce strict cadre légal ne saurait résumer, loin s’en faut, la variété des postures adoptées par le chercheur-praticien pour trouver sa place dans le monde indigène et mener à bien son étude. Cette variété est tout d’abord liée à l’évolution temporelle des relations entre chercheur et acteurs tout au long du terrain, mais elle désigne aussi les différentes postures attribuées au chercheur par les acteurs : jonglant avec les casquettes, il peut alors tirer parti de son statut hybride pour acquérir des matériaux de recherche inaccessibles autrement. Les conséquences de cette posture méthodologique sur la recherche sont nombreuses, allant d’un terrain chronophage à l’acquisition de matériaux multiples dont le tri peut ensuite s’avérer fastidieux. Cette méthode met en exergue la souveraineté du terrain, l’indépendance des acteurs en situation, mais aussi le piège d’une empathie trop aveuglante. Son caractère fortement inductif renforce alors la nécessité d’un rigoureux cadrage théorique -voire déontologique-. Réciproquement, l’acceptation par l’entreprise du financement ou de l’accueil du chercheur repose sur l’évaluation par celle-ci d’un intérêt à la réalisation de cette recherche dont elle penser pouvoir tirer un bénéfice direct ou indirect : expertise, image, solutions opérationnelles, voire réflexivité. Les contours de cet échange peuvent apparaître comme une contrainte imposée au chercheur, telle une entorse à l’intégrité morale de sa recherche. Cet engagement de « valorisation » peut effectivement donner lieu à certaines incompréhensions tant sur le rôle du chercheur que sur la teneur de ses travaux, suivant qu’il est vu comme un expert ou un théoricien, et que l’on donne à son travail une vocation prescriptive ou analytique. Mais au-delà de ces difficultés pratiques, nous souhaitons montrer que l’expérience de valorisation ne peut être réduite à une contrainte extérieure à la recherche qui interviendrait en aval, une fois celle-ci achevée : présenter ses hypothèses ou ses premiers résultats permet au contraire de provoquer une situation d’interaction féconde entre chercheur et acteurs, dès lors que ces derniers ne sont pas vus comme des idiots culturels, pour reprendre le mot de Garfinkel. Par les réactions qu’elles provoquent, les restitutions et valorisations permettent de vérifier certains résultats, d’éprouver des interprétations, et donc de récolter un matériau essentiel à une recherche qualitative en aménagement. En conclusion, cette communication vise à montrer les atouts de la proximité acteurs-chercheur dans la construction d’une étude de terrain. Si cette proximité peut parfois confiner à la promiscuité, voire à un douteux mélange des genres, de nombreux garde-fous peuvent être mobilisés par le chercheur pour conserver la distance réflexive nécessaire et assumer le risque d’aller se lover contre les acteurs.
Type de document :
Communication dans un congrès
Working Paper, Atelier "La ville par ses acteurs" des doctorants du Réseau thématique « Sociologie de l’urbain et des territoires », Biennale de sociologie urbaine, Lille, mardi 16 décembre 2014., Dec 2014, Lille, France
Liste complète des métadonnées

https://hal-paris1.archives-ouvertes.fr/hal-01287366
Contributeur : Juliette Maulat <>
Soumis le : samedi 12 mars 2016 - 20:15:01
Dernière modification le : mardi 18 décembre 2018 - 18:22:02

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : hal-01287366, version 1

Collections

Citation

Paul Citron, Juliette Maulat. « Contre les acteurs, tout contre ». Négocier son terrain en observation et tirer parti de l’impératif de valorisation.. Working Paper, Atelier "La ville par ses acteurs" des doctorants du Réseau thématique « Sociologie de l’urbain et des territoires », Biennale de sociologie urbaine, Lille, mardi 16 décembre 2014., Dec 2014, Lille, France. 〈hal-01287366〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

81