Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Visiter Levachovo, cimetière du Stalinisme (1989-2010)

Résumé : Au coeur de l'été 1937, Nikolaï Ejov, le commissaire du peuple aux affaires intérieures (le NKVD), chef de la police politique stalinienne, signe une série de décrets qui organisent la répression contre les ennemis supposés de l'Union soviétique, dont les autorités du pays souhaitent se débarrasser « une fois pour toutes » (Junge, Binner 2003 : 85). Il s'agit de l'apogée d'une violence politique et sociale qui frappe le pays depuis la consolidation au pouvoir du clan stalinien. La collectivisation de l'agriculture au tournant des années 1920 s'était accompagnée d'une répression féroce (Viola 2005), la lutte contre les ennemis politiques, réels ou supposés, avait pris une nouvelle ampleur après l'assassinat, le 1 er décembre 1934, de Serguei Kirov, le premier secrétaire du parti communiste de la région de Leningrad. Entre août 1937 et novembre 1938, les arrestations se multiplient, donnent lieu à des procès expéditifs qui souvent se traduisent par des verdicts de mort. Au total, 700 000 personnes sont passées par les armes au cours de ces opérations qui durent donc un peu plus d'un an. Les traces de cette « Grande terreur » (Conquest, 1968) ont pourtant été minutieusement masquées par les autorités, et ce, dès la mise en oeuvre de la politique de répression. Il suffit de se rappeler des mots d'un responsable sibérien de la police politique, Serguei Mironov, en juillet 1937 à la veille des opérations : « Notre appareil même ne doit absolument pas savoir où les individus ont été exécutés, ni combien ont été exécutés, personne ne doit rien savoir. » (Junge, Binner 2003 : 83) Bien loin d'une terreur visible destinée à manifester la toute-puissance de l'État, la grande terreur stalinienne se fondait essentiellement sur le secret et la disparition. Derrière le fracas de la propagande entourant les grands procès de Moscou et la répression contre les élites politiques et administratives du pays, le quotidien de la violence est fait d'arrestations nocturnes, d'exécutions et d'enfouissement des cadavres à l'abri des regards, d'informations minimales ou erronées des proches sur le devenir des personnes arrêtées. Il n'est guère surprenant, dès lors, que le souvenir de cette répression ait peiné à trouver des lieux de mémoire, des lieux de deuil, des lieux d'incarnation (Lanzmann 2009 : 757).
Document type :
Book sections
Complete list of metadata

https://hal-paris1.archives-ouvertes.fr/hal-03135430
Contributor : François-Xavier Nérard <>
Submitted on : Tuesday, February 23, 2021 - 3:55:19 PM
Last modification on : Friday, February 26, 2021 - 3:29:55 AM
Long-term archiving on: : Monday, May 24, 2021 - 6:03:45 PM

File

Levashovo NERARD - Final.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03135430, version 1

Citation

François-Xavier Nerard. Visiter Levachovo, cimetière du Stalinisme (1989-2010). Le tourisme mémoriel en Europe centrale et orientale, 2013. ⟨hal-03135430⟩

Share

Metrics

Record views

74

Files downloads

25