Skip to Main content Skip to Navigation
New interface
Books

Le cinéma peut fournir des réponses précieuses à qui se demande comment est-ce que les gens vivent. Les gestes et les objets, les façons de parler, les vêtements, l’aspect des rues, des magasins et des cafés : tout cela, le cinéma s’en saisit, le capte et l’enregistre – au point d’avoir une influence déterminante sur nos façons de vivre. Pour définir le quotidien, on peut partir d’un contenu objectif, lié à des activités journalières (prendre ses repas, faire les courses), ou à des choix et des habitudes (à des modes de vie). On peut aussi penser le quotidien comme une forme d’expérience – l’immersion dans un univers familier qui, justement parce qu’il est familier, n’est plus vraiment perçu. Dans cette perspective, le quotidien peut devenir un terrain d’enquête – il peut devenir l’objet de pratiques, notamment de pratiques artistiques. Pour les surréalistes, la recherche de la « vraie vie » passait par l’exploration de l’existence ordinaire, marquée par « une volonté d’approfondissement du réel, de prise de conscience toujours plus nette en même temps que toujours plus passionnée du monde sensible » (André Breton). Le problème de l’attention est central dans la pensée du quotidien : de ce point de vue, le sujet s’avère d’emblée propice à un questionnement esthétique.

Complete list of metadata

https://hal-paris1.archives-ouvertes.fr/hal-03857151
Contributor : José Moure Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, November 17, 2022 - 10:28:20 AM
Last modification on : Wednesday, November 23, 2022 - 2:18:28 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03857151, version 1

Collections

Citation

Leperchey Sarah, José Moure. Le cinéma peut fournir des réponses précieuses à qui se demande comment est-ce que les gens vivent. Les gestes et les objets, les façons de parler, les vêtements, l’aspect des rues, des magasins et des cafés : tout cela, le cinéma s’en saisit, le capte et l’enregistre – au point d’avoir une influence déterminante sur nos façons de vivre. Pour définir le quotidien, on peut partir d’un contenu objectif, lié à des activités journalières (prendre ses repas, faire les courses), ou à des choix et des habitudes (à des modes de vie). On peut aussi penser le quotidien comme une forme d’expérience – l’immersion dans un univers familier qui, justement parce qu’il est familier, n’est plus vraiment perçu. Dans cette perspective, le quotidien peut devenir un terrain d’enquête – il peut devenir l’objet de pratiques, notamment de pratiques artistiques. Pour les surréalistes, la recherche de la « vraie vie » passait par l’exploration de l’existence ordinaire, marquée par « une volonté d’approfondissement du réel, de prise de conscience toujours plus nette en même temps que toujours plus passionnée du monde sensible » (André Breton). Le problème de l’attention est central dans la pensée du quotidien : de ce point de vue, le sujet s’avère d’emblée propice à un questionnement esthétique.. Les Impressions nouvelles, 2019. ⟨hal-03857151⟩

Share

Metrics

Record views

0