Écrire au Roi et écrire au collègue. La correspondance entre Georges de Selve et Georges d'Armagnac - Archive ouverte HAL Access content directly
Preprints, Working Papers, ... (Working Paper) Year :

Écrire au Roi et écrire au collègue. La correspondance entre Georges de Selve et Georges d'Armagnac

(1)
1

Abstract

Dans les registres des négociations diplomatiques du XVI e siècle avec Rome, les Affaires Etrangères ont constitué un recueil factice vers la fin du XVIe ou au XVIIe siècle, à partir d'une copie privée de correspondances. Elle est conservée sous les cotes Rome 3 et Rome 4 de la Correspondance Politique aux Archives diplomatiques. Ces deux volumes renferment les lettres écrites par Georges de Selve entre Pâques 1537 et juin 1538, soit personnellement, soit de concert pour le roi avec son collègue ambassadeur à Rome Charles Hemard Denonville, cardinal de Mâcon. Il s'agit de copies dont les cahiers ont été reliés dans un désordre relatif au XVII e siècle. Nous avons exploité, en vue d'une édition, les lettres envoyées depuis Rome par George de Selve, évêque de Lavaur, à l'évêque de Rodez, Georges d'Armagnac, alors ambassadeur à Venise qui était son successeur, pour ne pas dire son disciple. Ces lettres, écrites à Mr de « Rhodes » ou de « Roudez » ont été ignorées par Charles Samaran et par moi-même lors de la sortie du premier volume de la correspondance du cardinal d'Armagnac et ne semblent pas avoir intéressé les érudits 1. Mais les lettres de Georges adressées au roi ont été transcrites en partie par Guillaume Ribier au XVII e siècle puis par François-Auguste Mignet au XIX e siècle 2. Les autres correspondants sont le connétable de Montmorency et le cardinal de Tournon pour lesquels on double souvent les lettres envoyées au roi, et bien d'autres correspondants français apparaissent ça et là, dont le maréchal d'Humières ou, en italien, quelques capitaines comme Guido Capino 3. La difficulté dans l'utilisation de ces lettres à l'information implicite est que, le plus souvent, nous n'avons pas les réponses… pas même pour d'Armagnac, dont une seule lettre active témoigne de son implication dans les affaires en question au long de ces deux années. Or on comptabilise plus de cent lettres envoyées à Venise par Selve entre ces deux dates. Une lettre tous les trois jours environ, plusieurs lettres souvent. Selve signale au minimum 75 lettres reçues de son homologue, toutes perdues. Encore s'agit-il ici de copies rassemblées bien tard et donc pas nécessairement exhaustives; à l'évidence, certaines ne sont pas intégralement recopiées et les incohérences liées à des mots ou des lignes oubliés handicapent parfois la lecture. Mais, globalement, cette correspondance révèle beaucoup sur des fonctionnements institutionnels et humains mal connus. Elle n'a pas d'équivalent édité pour cette période en France ou en Italie puisque par définition chaque ambassadeur écrit à son prince et non à son collègue 4. Après une présentation des deux amis, nous tâcherons de comprendre comment ils cultivent leurs réseaux personnels pour les mettre au service du roi et pourquoi l'un comme l'autre ont voulu la paix des armes à tout prix.
Fichier principal
Vignette du fichier
Écrire au Roi et écrire au collègue2.pdf (372.95 Ko) Télécharger le fichier

Dates and versions

hal-03893726 , version 1 (11-12-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03893726 , version 1

Cite

Nicole Lemaitre. Écrire au Roi et écrire au collègue. La correspondance entre Georges de Selve et Georges d'Armagnac. 2022. ⟨hal-03893726⟩
0 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More