Breaking the Rules: Mathilde Méliot, the First Woman Economist and Feminist, Member of the French 'Société d’économie politique' - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Œconomia - History/Methodology/Philosophy Year : 2022

Breaking the Rules: Mathilde Méliot, the First Woman Economist and Feminist, Member of the French 'Société d’économie politique'

(1)
1

Abstract

The nineteenth century saw the emergence and the development of a French liberal school of economics which contributed to the institutionalization of economics, especially through the creation of the Société d’économie politique (SEP) and the publication of the Journal des économistes. While the works of the economists who took part in this process are already well known, the role that women economists played in the SEP has never been studied. My paper aims to fill this gap in the literature, by focusing on Mathilde Méliot, the first woman who was accepted as “corresponding member” and one of the three women, with Clémence Royer and Marie Le Roy, who became a “full member”. Today she is almost totally forgotten, to the point of not even being mentioned in biographies on women economists nor in studies devoted to French feminism. While little is known about her life (Section 2), she played a quite important role in France at the time, both as a feminist (Section 3) and as an economist specialized in financial matters (Section 4). My paper shows that, compared to the two other women who became “full members” of the SEP at the same time, Mathilde Méliot can be considered an exception on two levels: first, her membership was a mark of recognition of her professional skills (as a journalist) by the members of the SEP—a fact which makes her situation fundamentally different from that of Marie Le Roy; and second, unlike Clémence Royer who died two months after having been admitted as “full member”, Méliot was able to participate actively in the meetings of the SEP. Nevertheless, except sometimes as the one of the first women to have gained access to the stock exchange, Méliot’s name has been forgotten; I conclude by proposing some reasons why this may have been the case.
Le dix-neuvième siècle a vu l’essor et le développement de l’école libérale française en économie, qui a contribué à l’institutionnalisation de l’économie, tout particulièrement par la création de la Société d’économie politique (SEP) et la publication du Journal des économistes. Alors que les travaux des économistes ayant participé à ce processus de fondation sont bien connus, le rôle joué par les femmes économistes dans la SEP n’a jamais été étudié. Cet article vise à combler cette lacune dans la littérature, en se concentrant sur Mathilde Méliot, la première femme à être acceptée en tant que « membre correspondant » de la SEP et une des trois femmes, avec Clémence Royer et Marie Le Roy, à devenir « membre » de plein droit. Aujourd’hui, Méliot a été presque entièrement oubliée, au point de ne même pas être mentionnée dans les biographies sur les femmes économistes ni dans les études consacrées au féminisme français. Si nous connaissions peu de choses sur sa vie (Section 2), elle a joué un rôle important dans la France de son époque, à la fois comme féministe (Section 3) et comme économiste spécialisé dans questions financières (Section 4). L’article montre que Mathilde Méliot, comparée aux deux autres femmes qui deviennent, à la même époque, « membres » de plein de droit de la SEP, représente une exception au moins à deux niveaux : tout d’abord, son entrée à la SEP marquait une reconnaissance, par les membres de la SEP, de ses capacités professionnelles (en tant que journaliste)–ce qui distingue de manière fondamentale la situation de Méliot de celle de Marie Le Roy ; deuxième, contrairement à Clémence Royer, qui décédera deux mois après avoir été accepté comme membre de la SEP, Méliot pourra participer activement aux réunions de la SEP. Malgré ce caractère exceptionnel, le nom de Méliot a été oublié, mis à part pour être parfois mentionné comme celui de la première femme à avoir gagné l’accès la bourse. L’article présente, en conclusion, quelques suggestions sur les raisons de cet oubli.
Not file

Dates and versions

hal-03953189 , version 1 (23-01-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03953189 , version 1

Cite

Nathalie Sigot. Breaking the Rules: Mathilde Méliot, the First Woman Economist and Feminist, Member of the French 'Société d’économie politique'. Œconomia - History/Methodology/Philosophy, 2022, 12 (3), pp.519-551. ⟨hal-03953189⟩

Collections

UNIV-PARIS1 PHARE
0 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More