La spécificité de l'État

Résumé : De quel État parle la comptabilité publique qui souhaite faire les comptes de l’État ? Et quand l’État organise la comptabilité de l’État, de quel « État » s’agit-il ? Voilà les deux questions – ou la même sous deux formes différentes – que celui qui s’intéresse à la théorie de l’État est tenté de poser lorsque vient à lui le spécialiste de comptabilité publique. La première réponse qui semble s’imposer est que l’État dont on fera les comptes est une réalité empirique et non cette entité conceptuelle que la théorie générale de l’État s’entête à scruter ou à construire. Or, cet État empirique, est constitué d’administrations, de services, autrement dit d’individus qui agissent, engagent des dépenses et perçoivent des recettes : tout ceci est commensurable, évaluable, organisé. Mais l’État est-il réductible à ses administrations et services dont on serait en mesure de faire les comptes ? Autrement dit, peut-on faire les comptes de l’État comme on le ferait d’une autre organisation, une entreprise ? A la réflexion, rien n’est moins sûr: si l’État est certainement constitué d’un ensemble d’administrations ou de services voire des pouvoirs publics, il ne s’y réduit pas.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01474274
Contributeur : Pierre Brunet <>
Soumis le : mercredi 22 février 2017 - 16:17:00
Dernière modification le : jeudi 15 février 2018 - 16:22:06

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01474274, version 1

Collections

Citation

Pierre Brunet. La spécificité de l'État. Kott, Sébastien. Droit et comptabilité publics. La spécificité des comptes publics, Economica, pp.296-304, 2016, 9782717869361. ⟨http://www.economica.fr/livre-droit-et-comptabilite,fr,4,9782717869361.cfm⟩. ⟨halshs-01474274⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

262